9/12/15 « Dancing in Jaffa » – avant-première/ciné-débat

dancing in jaffabis

 

Quoi? Avant-première du film de Hilla Medalia, « Dancing in Jaffa » suivie d’un débat avec Marc Abramowicz, Henri Goldman et Rabab Khairy

Quand? Mardi 9 décembre à 20h

Où? Cinéma Vendôme, 18 Chaussée de Wavre , 1060 Bruxelles

 

 

Le film « Dancing in Jaffa »

Né à Jaffa en 1944, Pierre Dulaine quitte son pays avec sa famille en 1948 pour s’installer à l’étranger. Après une carrière internationale accomplie de danse en couple, Pierre retourne à Jaffa pour réaliser son rêve : faire danser ensemble des enfants juifs et palestiniens pour rapprocher les communautés. C’est là, selon lui, que réside toute la beauté de la danse de salon : forcer deux personnes à se déplacer en faisant qu’un.

**** Acceptation et reconnaissance de l’autre, ouverture et esprit de tolérance forment le solce de la démarche humaniste du professeur. Un film touchant qui évite l’angélisme. (Le Monde)

**** Porté par le charisme et l’énergie de Pierre Dulaine (déjà à l’origine de « Dancing with me », de Liz Friedlander, en 2006), « Dancing in Jaffa » est un formidable et roboratif message de paix. (TéléCinéObs)

Lire la fiche sur Allocine

Le débat « Deux peuples en ton sein »

  • Marc Abramowicz, responsable du projet « Solidaity with Bedouins »
  • Henri Goldman, rédacteur en chef Politiques
  • Rabab Khairy, Recherche et Plaidoyer Moyen-Orient / Afrique du Nord – CNCD-11.11.11
  • Adam Amir, modérateur

On l’oublie souvent mais un cinquième de la population israélienne est constituée d’Arabes, majoritairement musulmans. Or si, en théorie, ceux qu’on appelle les Arabes israéliens jouissent des mêmes droits que leurs compatriotes juifs, tous les indicateurs socioéconomiques montrent qu’ils sont victimes de discriminations sévères, leur conférant de facto une sorte de citoyenneté de seconde zone. Comment ces Arabes israéliens vivent-ils dans un Etat qui se veut juif ? Comment s’organise la cohabitation dans ce contexte de crise permanente ? Quels liens entretiennent-ils avec leurs cousins palestiniens ? Et avec leurs compatriotes juifs ? A l’inverse, comment ceux-ci les perçoivent-ils ? Comme un genre de cinquième colonne ? Une menace démographique ? Cette situation préfigure-t-elle ce que pourrait être un Etat binational ? Et quel serait leur destin dans l’hypothèse où c’est la solution à deux États qui finirait par s’imposer ?

logo

   cercle-librex  grignoux

image_pdfimage_print