23/4 La santé numérique : une nouvelle « spatialisation des soins »? | Alain Loute

La santé numérique est un secteur industriel en plein expansion : santé connectée, e-santé, télésanté, télémédecine, etc.

Du point de vue réglementaire, une distinction essentielle s’impose entre, d’un côté, les services commerciaux de la e-santé qui visent à récolter, partager et diffuser des informations et savoirs grâce à des technologies numériques et, de l’autre côté, la télémédecine qui doit se comprendre comme une pratique médicale à distance grâce à des technologies de l’information et de la télécommunication. Ce développement massif et rapide n’est pas sans poser de très nombreuses questions. Le Conseil National de l’Ordre des Médecins français (2016) dénonce ainsi un risque « d’ubérisation de la santé », pointant l’insuffisante régulation de la e-santé. Le secteur de la santé numérique est, par ailleurs, encadré par une véritable « économie de promesses technoscientifiques » (Jolly), sorte d’inflation de promesses, nouveau filon des « technologies de l’espoir » (Franklin). Pourtant, on constate surtout une multiplication anarchique d’expérimentations qui se solde par une incapacité à mettre en place des produits utiles, souhaités et pérennes.

> La télémédecine : innovation de plus dans l’organisation des soins ou transformation radicale des pratiques professionnelles ? Quelle reconfiguration de la « spatialisation » du soin, pour parler comme Foucault (Naissance de la clinique) ? Avec quels bénéfices pour le médecin comme pour le patient ? Et quels risques ? Quelle sera la médecine de demain ?

Alain Loute est maître de conférences au Centre d’éthique médicale de l’Université Catholique de Lille.

Infos pratiques