Arthur Schopenhauer (1788-1860)

Dans la « Métaphysique de l’amour sexuel », tirée du Monde comme volonté et comme représentation, Arthur Schopenhauer considère l’amour comme une ruse suprême de la volonté de vivre (Wille zum leben), qui se sert de l’individu pour perpétuer l’espèce. Avec un malin plaisir, le philosophe détruit une à une les illusions de la passion amoureuse. Bien avant Freud, le misanthrope amateur de jolies femmes insiste sur la puissante force motrice de la sexualité.

Du même auteur :

  • Du génie, Essai, Mille Et Une Nuits
  • Le monde comme volonté et comme représentation, Essai, 2 vol chez Gallimard ou 1 vol chez Nathan
  • Aphorismes sur la sagesse dans la vie, Essai, Puf
  • L’art de se faire respecter, Essai, Circe
  • Sur le besoin métaphysique de l’humanité, Essai, Mille Et Une Nuits
  • Sur la religion, Essai, Flammarion
  • Les deux problèmes fondamentaux de l’éthique, Essai, Gallimard
  • Essai sur les femmes, Essai, L’Herne
  • Journal de voyage, Mercure de France
  • Petits écrits français, Anthologie, Rivages
  • Misère de la littérature, Essai, Circe
  • Sur la liberté de la volonté, Essai, Hermann
  • Insultes, Anthologie, Arlea
  • Critiques de la philosophie kantienne, Etude, L’harmattan
image_pdfimage_print

Les commentaires sont clos.