Amours et Haines (1 et 2) : Philosophie

Ce qui s’est dit à la conférence du 18/03

Lors de sa première conférence, Lionel Brocq nous a expliqué que l’on ne pouvait pas parler de l’amour sans montrer son lien avec la philosophie. Loin de se réduire à  la sphère sentimentale, personnelle et intime, l’amour est une question centrale au coeur de de la société, qui relève du politique, du social et de l’humain.
La vidéo suivante  ici explicite bien le lien entre philosophie et amour. Il s’agit  d’un bel éloge de l’amour, fait par Fabrice Midal dans son ouvrage Et si de l’amour on ne savait rien ?, dans lequel il nous rappelle que de l’amour on sait tout mais on a tout oublié.

Puis, Lionel nous a fait lecture d’un texte de Dominique Grisoni intitulé « du bon usage de « je t’aime » » que vous pouvez relire à votre aise en cliquant ici.

Enfin, nous avons visionné un film de Marco Ferreri, Le Banquet de Platon. Si la mise en scène nous est apparu plutôt lente et désuète, le film nous a permis de nous rafraichir la mémoire sur un texte fondateur de la philosophie grecque d’où découle toute (ou presque) notre civilisation occidentale. Nous avons pu re-découvrir combien le Beau et le Bon constituent les points de départ de la vision du monde, proposée par Platon.
Pour ceux qui ont raté notre projection mais qui voudraient tranquillement visionner le film, le voici  en  liens, hélas, dans une qualité moyenne et en plusieurs morceaux :
Partie 1 Partie 2 Partie 3 Partie 4 Partie 5 Partie 6 Partie 7 Partie 8

Ce qui s’est dit à la conférence du 15/04

Vu l’ampleur du programme du 15/04 que nous avait préparé Lionel, nous n’avons pas pu tout aborder… et pourtant la soirée s’est prolongée jusqu’à plus de 23h30 ! Au fil des films visionnés (Spinoza, Sartre De Beauvoir), des lectures sélectionnées par Lionel et des échanges entre participants, voici en quelques tableaux synthétiques ce que nous avons analysé dans les notions d’amour et de haine.

Les discussions nous ont amenés à reconsidérer l’amour non pas exclusivement dans un rapport de séduction ou dans un désir sexuel. Nous retranscrivons d’ailleurs le tout dernier paragraphe du Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir dont le mot final nous ouvre de nouvelles perspectives : « C’est au sein du monde donné qu’il appartient à l’homme de faire triompher le règne de la liberté ; pour remporter cette suprême victoire il est entre autre nécessaire que par-delà leurs différenciations naturelles hommes et femmes affirment sans équivoque leur fraternité. » Fraternité, donc…

Pour compléter, Lionel a trouvé un nouvel ouvrage de Catherine Salles intitulé L’amour au temps des Romains. Ecrit par une agrégée de lettres classiques et docteur ès lettres, maître de conférences à l’université Paris X-Nanterre, donc une grande spécialiste de l’Antiquité romaine, ce livre présente l’amour « à la romaine ». Le sujet est abordé sous plusieurs angles : l’amour et les dieux romains, les mythes amoureux de la fondation de Rome, l’amour et le sacré, la vie maritale, l’adultère, la pédérastie et l’homosexualité, les amours impériales, la littérature, la philosophie et l’art amoureux.

image_pdfimage_print