29/3/2012 : Théâtre-débat « Le mot Progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux « 

Programme du jeudi 29 mars 2012 à l’Espace Senghor

  • 20h30 La Pièce : « Le mot Progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux
  • 22h30 Rencontre Débat : « Blessures de guerre en temps de paix »

La pièce de Matéi Visniec que la compagnie La Loba met en scène à l’Espace Senghor et que le Centre régional du Libre Examen met en débat est l’histoire d’une tragédie contemporaine.

Les restes d’une guerre. Une maison à moitié brûlée. Une terre stratifiée de morts. Un fils disparu qui erre. Une mère inconsolable qui n’arrive pas à faire son deuil. Un père qui creuse dans la forêt pour trouver la dépouille de ce fils tout en entretenant un dialogue avec lui. Une soeur qui se prostitue à Paris. Un voisin qui collectionne les ossements et les revend.

La compagnie La Loba nous plonge dans un univers étrange, un no man’s land où flottent des vêtements suspendus comme autant de personnes disparues, oubliées de l’histoire. Du silence émergent des voix, souvenirs ou chimères ? Pour les vivants, le réel se dérobe sous le poids du passé. Monter cette œuvre, c’est résister à la banalisation de l’horreur et laisser la mémoire de l’autre, sa singularité se rappeler à nous. C’est dire qu’en l’histoire de chacun, il y a un peu de nous-mêmes.

La rencontre-débat que nous proposons après la représentation se veut un questionnement sur notre propre humanité, notamment par rapport à des conflits qui se sont passés récemment près de chez nous. De nombreux rescapés de guerre viennent s’installer en Belgique, fuyant des situations traumatisantes et douloureuses dans leur pays. Ils pansent leurs blessures, luttent au quotidien pour leur survie, dans la précarité et l’insécurité, ou tout simplement pour obtenir un droit d’asile. Ils tentent de se reconstruire une humanité bafouée. En silence. Et nous, natifs dans un pays en paix, nous qui n’avons pour la plupart pas connu de guerre, quel regard peut-on porter sur ces vies ? Comment  comprendre et accompagner ?

A côté de la metteuse en scène Marie Hossenlopp qui nous présentera ses intentions à travers cette pièce, nous avons invité Jean Busby, Directeur du Centre FEDASIL à Charleroi, afin de présenter la manière dont on accueille en Belgique les exilés et de témoigner de situations complexes actuellement vécues dans notre pays.

Informations pratiques :

Inscription obligatoire soit par le Centre Librex (info@centre-librex.be ou vlacroix@centrelibrex.be) soit directement à l’Espace Senghor (Lien Billetterie)

Tarif de groupe pour les inscrits du Centre Librex : 9 €

Espace Senghor : Chaussée de Wavre 366 Etterbeek /02 230 31 40 / info@senghor.be

Plus d’Info sur la pièce : ici

image_pdfimage_print