24/10/12 : Théâtre-Débat « de la liberté sexuelle à la dictature sexuelle »

PRÉ raconte, sous le mode d’une fable épique, l’histoire d’une héroïne moderne, dotée d’une vulve disproportionnée et d’un super pouvoir. Elle est le symbole de la surpuissance de la séduction sexuelle qui s’étale sur nos murs et nos écrans de télévision, mais elle est aussi une incarnation de la pulsion sexuelle dans ce qu’elle a de sauvage, de cru et de brut : celle qui à la fois attire et terrorise l’humanité depuis des lustres. Une super héroïne. Malgré elle, un monstre, hors norme, qui attire, qui fait peur, qui se sent seul, alors qu’elle voudrait avoir des amis, un homme, une famille, une vie… normale.

Mais, jusqu’où l’être humain peut aller pour pouvoir dire au fond qu’il est normal, quelles contraintes peut-il s’infliger, quelles tensions peut-il subir de lui-même ? Le spectacle que proposent la Clinic Orgasm Society et le Théâtre Varia nous questionne sur ce sexe que notre société étale au grand jour, continuellement et partout.

Car, la libération des mœurs de la fin des années 60’ s’est muée en partie en une dictature de la jouissance, faisant de la « réussite » sur le plan sexuel un emblème de la réussite sociale et nous poussant à satisfaire un désir permanent par le biais d’une consommation tout azimut.

L’imagerie que nous impose la société fait valoir des canons corporels et sexuels proprement surhumains. Il faut être beau (belle) et performant(e). Sommes-nous toujours physiquement à la hauteur ? Que sommes-nous si nous ne parvenons pas à jouir ? Une femme peut-elle se considérer comme émancipée si elle ne parvient pas à l’orgasme vaginal ? Qu’arrive-t-il à la grande majorité des gens qui ne sont pas dotés d’un pouvoir surpuissant de séduction sexuelle ?

Eve Hanson, anthropologue et experte au CRIOC, est l’invitée du Centre régional du Libre Examen pour la rencontre qui suivra la pièce de théâtre. Elle nous parlera du glissement qui s’est opéré entre liberté sexuelle et dictature sexuelle. Avec elle, nous nous interrogerons sur les normes imposées par la société, les abus en matière d’hypersexualisation, leurs implications sur les rapports hommes-femmes et sur les jeunes.

Actrices : Catherine Brevers, Mathylde Demarez.
Scénographie et vidéo : Laurent Talbot.
Création lumière : Marc Lhommel.
Création musique : Benjamin Bouffioux, Gregory Duret.
Création sonore : Benjamin Dandoy.

Date : 24/10/2012 à 20h

Lieu : Théâtre Varia, 78, rue du Spectre – 1050 Bruxelles

Paf : 10 € avec pré-réservation par le Centre régional du Libre Examen (tarif de groupe)

image_pdfimage_print