19/05/2011 : Théâtre-débat « Violence conjugale, encore trop de silence »

Le Centre régional du Libre Examen organise à l’occasion de la présentation de la pièce Nema… Lento Cantabile Semplice au Théâtre Varia, un débat sur le thème des violences conjugales. Les nombreuses plaintes de victimes et enquêtes scientifiques montrent que cette violence  dans les couples prend souvent des différentes formes banalisées et touche encore trop de femmes dans toutes les classes sociales. Ces maltraitances et autres violences peuvent être physiques, verbales, sexuelles et/ou psychologiques. On ne répètera jamais assez les chiffres : une femme sur cinq est victime de violence conjugale en Europe. En France, tous les 3 jours une femme meurt sous les coups de son partenaire !

Dans beaucoup de pays, cette violence gratuite est encore considérée comme du domaine privé, une affaire qui se règle « en famille », à l’abri des regards.  Même en Belgique, ce n’est que très récemment que les affaires ne sont plus classées sans suite. Quand une femme ose dire « non » à son partenaire et porte plainte, l’auteur est poursuivi au pénal. Ainsi, 3700 dossiers sont ouverts chaque année en Belgiquepour des faits de violence conjugale.

Deux spécialistes de la question en Belgique, Ada GARCIA et Myriam DE VINCK exposeront l’analyse de la situation.

La pièce : Nema… Lento Cantabile Semplice de Koffi Kwahulé
Les six personnages forment comme une famille, tous liés, presque aliénés les uns aux autres, tous en proie à des fantasmes, tous rêvant d’un bonheur qu’aucun bouquet, aucune fleur ne peut apporter. Et Nema… ? Nema est depuis longtemps déjà au-delà ou ailleurs. Au-delà des violences, par-delà les souffrances, elle vogue lentement comme une chanson simple  Lento Cantabile Semplice.

Date : Jeudi 19 mai 2011 – 20h00

Lieu : Théâtre VARIA – 78, rue du Sceptre – 1050 Bruxelles

Avec : Ada GARCIA, Sociologue émérite à l’UCL, directrice honoraire de l’asbl Cap Sciences Humaines, fondatrice et longtemps coordinatrice du réseau REV (Réseau pour l’élimination des violences entre partenaires) et Myriam DE VINCK, Directrice du Centre de Prévention des violences conjugales et familiales de Bruxelles.

image_pdfimage_print