14/3 Liberté, Egalité, Fraternité: illusion ou horizon?

150314 lef bandeau copier

 

Entre-Vues et le Centre régional du Libre Examen vous convient le 14 mars 2015 à une journée d’échanges et de réflexions avec deux invités, Marine Manouvrier et Jean Cornil. A partir de leurs analyses de philosophe et de citoyen éclairé, nous nous interrogerons ensemble sur les origines de ces concepts de Liberté, Egalité, Fraternité ainsi que sur leur capacité à traverser l’histoire en marche.

En particulier l’histoire récente, car, en tant qu’organisateurs, nous gardons à l’esprit les événements meurtriers de janvier 2015 contre Charlie Hebdo et la supérette « super casher » parisienne. 

 

Fille du Siècle des Lumières, emblématique de l’idéal démocratique à l’occidentale, la triade « Liberté, Egalité, Fraternité » traverse la Révolution française pour devenir la devise officielle de la République en 1848… avant de se retrouver réunie à nouveau, cent ans plus tard, dans l’article 1er de la déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948 : « Tous les Êtres humains naissent libres et égaux en dignité́ et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité́. »

Pourtant, force est de constater combien l’édifice démocratique, que l’on espérait universalisant et inébranlable, n’en finit pas de vaciller depuis plusieurs décennies. Les valeurs dont il se réclame sont mises à l’épreuve par des phénomènes structurels qui interagissent et se combinent dans des mouvements d’amplification apparemment irréversibles. Nous citerons, sans prétention à l’exhaustivité ni classement : la crise économique profonde que traverse l’Occident, l’évolution des technologies de l’information, la mondialisation et les nouveaux équilibres géopolitiques, l’avènement d’un capitalisme débridé, l’ultralibéralisme triomphant, les changements dans les modes de vie et de consommation, les crises politiques et la montée des fondamentalismes, l’urgence de la question écologique…

Alors que ces valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité se confrontent, ici ou ailleurs, à d’autres systèmes de valeurs, conservateurs souvent, innovants parfois, nous avons choisi de nous interroger sur leur capacité à traverser l’histoire en marche. Dans quelles mesures restent-elles pertinentes et constituantes de la société que nous projetons pour l’avenir ? Quelles ressources peuvent-elles encore représenter dans le développement de la démocratie ? Y-a-t-il moyen de les revisiter en respectant l’esprit des philosophies dont elles sont issues ? Ou faut-il envisager une nouvelle triade plus adaptée aux sociétés actuelles et à l’idée que nous nous faisons de la modernité ?

Quelques idées en vrac pour ouvrir la réflexion :

Liberté

L’accès à l’information a ouvert le champ des possibles dans le domaine des libertés d’expression et de conscience. Mais ne favorise-t-il pas le développement de sociétés normatives qui véhiculent de plus en plus une pensée unique – y compris religieuse ? La concentration économique des médias de masse peut-elle être compensée par le développement des nouveaux moyens de communication ou s’apparente-t-elle à une nouvelle forme de consumérisme aliénant ? Comment échapper aux multiples logiques de contrôle et de censure qui musellent les libertés individuelles ? Comment accompagner l’émergence de nouvelles formes de citoyenneté? Comment être libre dans un monde interconnecté ?

Égalité

L’égalité pour tous en matière de droits s’inscrit dans une société profondément redessinée par la diversité, où dès lors la mixité culturelle et sociale devient le défi à relever. Mais comment prétendre nourrir un sentiment d’appartenance à un projet global de société quand celle-ci voit les inégalités s’accroître et les exclusions massives se multiplier ? Comment articuler universalité, principe d’égalité et droit à la différence, sans céder aux communautarismes – y compris au communautarisme majoritaire ?

Fraternité

Pour paraphraser Bernard Maris, le rêve laïque a inventé le principe de fraternité anonyme, substituant au concept de charité, fondé sur l’idée de recherche d’un hypothétique salut individuel, celui d’altruisme et de solidarité.

Cette fraternité anonyme s’est institutionnalisée dans un Etat porté depuis la fin XIX siècle par une succession d’avancées sociales qui se cristallisent après la guerre dans l’affirmation d’une deuxième génération de droits humains, dit « économiques et sociaux » parce qu’ils nécessitent une intervention active de l’Etat. Mais comment continuer à assurer la redistribution des richesses dans un monde dérégulé qui les rend insaisissables et invisibles ? Où le mot d’ordre est l’austérité ? Comment, plus globalement, continuer à s’inscrire dans un modèle de société fondé sur la consommation et recherche de la croissance alors que tous les indicateurs écologiques sont au rouge ? Quelle fraternité avec les générations futures ? Dans quel rapport au monde, au temps, à la mort, à l’incertitude de la vie, allons-nous nous inscrire?

Ces quelques questions et bien d’autres encore qui nous ont échappées, peuvent apparaître en filigrane de la triade « Liberté, Egalité, Fraternité ». Pour nous aider à y voir clair, nous avons demandé à Jean Cornil et Marine Manouvrier de nous donner leur lecture de ces valeurs, nous rappeler leurs origines, leur histoire et la manière dont nous pouvons les revisiter aujourd’hui.

La journée de réflexion s’organise autour de deux tables rondes au cours desquelles nos invités s’entretiendront réciproquement et orchestreront un dialogue avec les participants.

 

Déroulement de la journée

9h15

  • Accueil

9h45     

  • Introduction

 Analyse et compréhension des 3 concepts Liberté, Egalité, Fraternité

10h

  • Une brève histoire philosophique des concepts par Marine Manouvrier
  • Réaction de Jean Cornil et analyse critique

11h

  • Une heure trente de dialogue participatif

12h30

  • Pause/Repas

 Quelles perspectives ? Illusion ou horizon ?

13h30

  • Les valeurs à l’épreuve de la modernité de demain par Jean Cornil
  • Réaction de Marine et débat

14h

  • Dialogue participatif

16h

  • Clôture de la rencontre

 

Nos invités

Licenciée en sciences politiques à l’ULB, Marine Manouvrier va travailler à l’Agence de Presse Belga et dans une grande maison d’édition avant d’opérer un changement de carrière.

Elle devient professeur de morale non confessionnelle en région bruxelloise et obtient dans la foulée un master en philosophie de l’ULB. Elle enseigne dans un athénée de la région de Bruxelles-Capitale et est assistante en histoire de la philosophie à la faculté de Philosophie et Lettre de l’ULB.

Jean Cornil a été Directeur adjoint du Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme, Sénateur puis Député fédéral. Depuis 2010, il se consacre comme essayiste à la réflexion, à la philosophie et aux sciences humaines, notamment au travers de rencontres avec des intellectuels pour le CAL et le PAC.

 

Infos pratiques

PAF : 5€

Où : Centre d’Action Laïque, ULB, Campus de la Plaine, Accès 2, bld de la Plaine – 1050 Bruxelles (Plan d’accès)

Inscription obligatoire : 02 535 06 78 – info@centrelibrex.be