16-18/9 : ProDAS et Philosopher

Organiser un échange de paroles avec un groupe nécessite de garantir l’écoute dans le respect de chacun. Le cercle de parole ProDAS et la discussion (à visée) philosophique sont deux approches différentes et complémentaires.

Elles ont en commun des règles d’écoute et une attention mutuelle. Les participant-e-s demandent librement la parole, l’animateur/rice rappelle les règles de fonctionnement, ouvre et referme le cercle ou la discussion.

Là où ces deux approches, Cercle de parole et Philosopher, diffèrent, c’est que :

Dans le cercle de parole (selon les règles du ProDAS), l’animateur garantit un parler en JE, une narration du vécu et de la sensibilité, sans interférence sur le discours d’un autre participant. À fortiori, sans discussion.
Quand on parle en cercle cela crée une attention à soi : on est attentif à ses propres sensations, ses émotions, ses pensées, on les formule avec nuance et parfois avec profondeur, sans craindre les jugements. L’animateur joue un rôle de mise en confiance, de facilitateur de la prise de parole. Il ne questionne pas, il peut juste reformuler.
Quand on écoute, cela entraîne une attention à l’autre : chacun se centre sur celui qui parle, découvre d’autres vécus que le sien. Cela peut amener une distance de soi à soi et à élargir son regard vers une plus grande acceptation de la différence. On exerce une EMPATHIE AFFECTIVE.

Dans l’atelier-philo (selon les démarches de philosophie avec les enfants), la discussion est essentielle. Classiquement (il existe des variantes mais cette démarche illustre bien le « philosopher »).
D’abord l’animateur engage le groupe à se questionner : à se dégager d’intérêts particuliers vers des questions existentielles et problématiques. Ces questions sont ouvertes, sans réponse inscrite quelque part. O a besoin de les discuter, de réfléchir ensemble pour y voir plus clair.
Ensuite, quand une question est soumise à la discussion : dès que viennent des premiers avis, l’animateur/rice invite à argumenter, à donner des exemples ou des contre-exemples, etc, exigeant donc de chacun-e d’approfondir et éclairer son point de vue.
Par ailleurs, puisqu’il s’agit de « penser ensemble », l’animateur/rice fait établir des liens, demandant par exemple à l’un de qui il prolonge l’intervention, incitant l’autre à reformuler avant d’expliquer pourquoi il n’est pas d’accord, etc.
Il s’agit ainsi d’apprendre à se placer du point de vue de l’autre, même si on pense autrement, de créer une EMPATHIE COGNITIVE.

On voit que ces deux approches sont à la fois différentes et complémentaires. L’empathie affective vécue dans un groupe est propice à l’empathie cognitive. Ce sont deux modes d’empathie qui fondent la tolérance.

Pour conjuguer « Philosopher » et « Cercle de parole » dans la pratique :

Au premier abord, il est déjà intéressant de pratiquer les deux démarches avec le même groupe : soit l’une, soit l’autre, selon que tel sujet mène mieux à l’une ou à l’autre. Les deux approches concourront respectivement à fonder un meilleur « vivre ensemble ».
De manière plus engagée, on peut combiner les deux pour traiter d’un même enjeu. Ainsi :

Aller du cercle de parole (par exemple, sur le sentiment d’injustice : « Un jour j’ai été injuste… » et « Je me suis senti traité de façon injuste… ») vers le Philosopher (questionner, discuter pour rechercher des critères et définir ce qui serait « juste » et ce qui serait « injuste »). La démarche philosophique s’en trouvera plus ancrée.

Aller de l’atelier-philo (par exemple, sur l’apparence et la vérité), en passant éventuellement par la lecture d’un récit (album-jeunesse, conte, mythe…), vers le cercle de parole (évoquer : « J’ai cru une chose vraie et je m’étais trompé… »). Ces cercles de parole pourront s’en trouver enrichis.

Les 3 jours de formation permettront d’expérimenter quelques dispositifs où « cercle de parole » et « philosopher » seront combinés et de réfléchir aux manières d’animer ces approches dans les milieux où l’on est actif.

Nous proposerons, notamment, d’utiliser des œuvres d’art, d’aborder des thèmes relatifs à l’éducation affective et sexuelle. Et les participant-e-s pourront amener des enjeux propres à leurs pratiques.

Avec Sonia Huwart et Peggy Snoeck-Noordhoff

Info pratiques:

16, 17, 18 septembre 2019
Lieu: Centre Librex – 66, rue Coenraets, 1060 Bruxelles
Horaire: 9:30 – 16:30
100€ (le prix ne peut pas être un frein à votre participation. N’hésitez donc pas à nous appeler)
Inscription obligatoire à V. Lacroix : info@centrelibrex.be – 02 538 19 42